Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La Collaboration alimentaire

  • Le maire qui exige d’un habitant qu’il retire le drapeau français de sa maison s'appelle Guy Marty et il est socialiste

    Guy Marty.png

    Lire la suite

  • Apolline de Malherbe approuve le remplacement de population

    La barage de papa-maman de Malherbe

     

    "En quoi c'est un problème que les Français deviennent minoritaires chez eux ?" (Apolline de Malherbe)

    (Relevé sur Contre-info.com)

    Un nom à retenir.

    (Ci-contre : la baraque de papa-maman de Malherbe pouvant héberger au moins 100 "migrants")

     

  • Contre les Alpins, un procureur collabo

    Le 29 mars à Varces (Isère), c'est sur un groupe de chasseur alpins qu'un forcené a foncé à deux reprises, sans faire par miracle de blessés. Bien que l'homme (titulaire de 25 condamnations) ait hurlé "Allahou Akbar) et traité un soldat d'origine maghrébine de "fils de pute" et de "renégat", le procureur de la république Jean-Yves Coquillat a écarté la piste djihadiste, expliquant benoîtement qu'il fallait ramener cette affaire "à de plus justes proportions" car "on est tout au plus (sic) dans des violences avec armes et peut-être des menaces" et "pas du tout d'une tentative d'homicide". "Nous ne sommes pas dans une affaire de terrorisme, très clairement", a conclu ce haut magistrat dont il faut mémoriser le nom au cas où son protégé, élargi après une peine symbolique, commettrait un attentat sanglant.

    Présent

  • Des patrons de rédactions demandent aux écoles de journalisme: « Je veux un Noir », « Je voudrais un Mohamed avec un petit accent »… pour avoir un semblant de diversité

    Une des principales écoles de journalistes française qui supprime de ses éliminatoires toute épreuve écrite sur table : l’épisode révèle la prise de conscience d’une certaine inadaptation du profil des journalistes au nouveau paysage médiatique et aux nouveaux médias en général. Diversifier les profils de journalistes, il faut le faire. Mais comment et surtout pourquoi ? Est-ce pour avoir des médias moins monocolores idéologiquement et socialement ? Pour former des journalistes mieux adaptés aux nouveaux marchés et aux micro-médias très personnalisés qu’a fait éclore le numérique ? On en parle avec Gaspard Glanz, journaliste, fondateur de l’agence Taranis News ; Nassira El Moaddem, directrice du Bondy Blog ; Pierre Savary, directeur de l’Ecole Supérieure de Journalisme de Lille ; et Julie Joly, directrice du Centre de Formation des Journalistes.


    CHANGEMENT RADICAL : VERS UNE DIVERSIFICATION DES JOURNALISTES ?


    Retour sur une mini révolution. Le centre de formation des journalistes casse son système de recrutement, jusqu’ici taillé sur mesure pour une élite et discriminant pour les catégories sociales les moins favorisées. On vous en parlait ici. Pourquoi ce changement radical ? Il est parti d’un constat. « Ceux qui avaient parfaitement réussi les QCM de culture générale, d’actualité et d’autres épreuves assez facilement bachotables, étaien…

    Arrêt sur images

    FDESOUCHE.COM

  • Après le drame de Trèbes : Christophe Castaner veut « accueillir» les djihadistes français

    Lors du grand rendez-vous d'Europe 1 le 25 mars dernier, Christophe Castaner, secrétaire d'Etat auprès du premier ministre, chargé des relations avec le Parlement (et patron de LREM) a déclaré, à propos des djihadistes français restés en Syrie,qu'il valait mieux « les suivre, les accueillir, ...pour faire en sorte que l'on puisse identifier le risque ». Quand on songe que ces paroles ont été prononcées le surlendemain du drame de Trèbes (4 morts) on mesure encore une fois l'aveuglement de nos responsables: le tueur, bien que fiché S pour « radicalisation »(ainsi que sa compagne), n'avait pas été jugé dangereux par nos services de renseignement...

  • A Calais, les agents de l'Ofpra incitent les migrants à demander l'asile en France

    Francetvinfo.fr

  • Yann Moix se réjouit de l'islamisation de la France

    yann-moi.jpgMadame, Monsieur,

    Depuis samedi, une véritable cabale médiatique s’abat sur Nadine Morano, membre des Républicains et député européen.
    Son crime ? Avoir affirmé, et confirmé, devant les caméras de télévision du service public, sur France 2, que la France  était avant tout un pays de race blanche et de culture judéo-chrétienne.

    C’est tout simplement la même phrase qu’affirmait le Général De Gaulle , dans un livre de propos rapportés écrit par Alain Peyrefitte (c’était de Gaulle) : « C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France. Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. Qu’on ne se raconte pas d’histoires ! Les musulmans, vous êtes allés les voir ? Vous les avez regardés avec leurs turbans et leurs djellabas ? Vous voyez bien que ce ne sont pas des Français !»

    Pourtant, depuis samedi, c’est un lynchage. Certains dirigeants du PS allant même jusqu’à réclamer des sanctions contre Nadine Morano, y compris judiciaire. Pas aidé dans son combat pour la vérité, Mme Morano se fait même lyncher jusqu’à son propre camp – qui se réclame pourtant en permanence du gaullisme – NKM et consorts ayant appelé à des sanctions internes contre elle.

    Nadine Morano n’a fait qu’exprimer tout haut ce que pensent une majorité de Français : « oui, nous sommes encore un peuple de race blanche, gauloise et de culture judéo chrétienne », n’en déplaise aux fossoyeurs de notre peuple à la Yann Moix, chroniqueur qui se félicitait à l’idée que la France devienne musulman dans un futur proche (photo ci-dessus)

    C’est le moment d’affirmer votre soutien à Nadine Morano, mais à travers elle, à la défense de l’identité française qu’on veut faire disparaitre sous nos yeux, jours après jours. C’est pourquoi nous vous invitons à signer la pétition qui sera adressée à la direction des programmes de France 2

    Avec La France Rebelle, nous sommes en première ligne chaque jour pour faire respecter nos droits fondamentaux, celui de vivre libre et maîtres chez nous.

    Philippe Gibelin, président de la France Rebelle Nci

    Pour signer la pétition, cliquer ici

  • Elle dénonce le salon salafiste de Pontoise, le patron du PS 95 demande son exclusion

    Rachid Temal, premier secrétaire fédéral du Parti socialiste du Val-d’Oise, réclame la tête de Céline Pina, une élue du département, annonce cette dernière dans un communiqué publié sur Facebook. Le patron départemental du PS lui reproche « d’avoir pris position concernant le salon salafiste » qui se tenait le week-end dernier à Pontoise, explique Céline Pina.

    Invitée le 15 septembre sur le plateau de RMC, la conseillère régionale a en effet dénoncé le caractère extrémiste du « Salon musulman du Val-d’Oise », et le silence des élus à ce propos. Face à ce salon, que l’élue qualifiait d’ »islamiste », « c’est silence radio chez tous les politiques de droite comme de gauche sur mon territoire [...] ce n’est pas admissible ». « Pourquoi un tel silence ? », s’interrogeait-elle, « ça me fait mal ».

    Céline Pina écrit : « Si c’est le droit le plus strict du Premier Fédéral de me trouver franchement urticante, il est dommage, en revanche, que les socialistes ne prennent pas la mesure du besoin de politique dont témoigne la cristallisation sur mon discours. »

    Samedi, lors du salon, deux Femen intervenues lors de la conférence de deux imams ont été violemment évacuées de la scène.

    L’Obs

    FDESOUCHE

  • Les maires sans-couilles s'en prennent à un maire qui défend la France et les Français

  • L'Union européenne organise la destruction des nations par submersion migratoire

    Mercredi dernier, au Parlement européen, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, soutenu par le Parti Socialiste et l'UMP, s'est livré à une véritable apologie de l'immigration massive. Le lendemain, les députés de gauche comme de droite ont approuvé un plan de répartition obligatoire des clandestins dans les différents pays membres de l'Union Européenne, lesquels se verront infliger une lourde amende s'ils refusent de s'y plier. Si l'on nous annonce que la France n'en accueillera "que" 24 000, il s'agit là d'une énorme imposture puisque l'Allemagne va offrir à elle seule l'hospitalité à 800 000 immigrés illégaux, et que l'espace Schengen, comme chacun le sait, permet à quiconque de se déplacer librement et de franchir les frontières intérieures qui n'ont plus d'existence que dans les mémoires.

    Cette décision est une catastrophe pour les peuples européens, comme pour les étrangers projetant de traverser les mers pour débarquer sur les îles grecques ou en Sicile. En créant un appel d'air supplémentaire, François Hollande, Angela Merkel, Jean-Claude Juncker, et la cohorte des irresponsables incitent en effet des populations entières à prendre des risques inconsidérés - au seul bénéfice des mafias, des milices, et des passeurs - pour venir s'installer sur notre continent et profiter, bien sûr, des avantages de notre système. Une politique d'autant plus criminelle et inhumaine que la France est à présent sommée de fournir logement, soins et nourriture à des clandestins, alors qu'elle ne parvient pas même à venir en aide à ses citoyens les plus précaires. Plus terrible encore, le risque que des djihadistes se fondent parmi ces masses de clandestins est élevé et largement sous-estimé par les autorités politiques, aussi bien nationales qu'européennes.

    Il faut d'urgence mettre fin à Schengen, retirer de notre droit la possibilité de régulariser les clandestins, abolir le droit du sol et fermer le robinet des aides sociales et médicales alors que les Français voient leur système d'assurance-maladie se désengager et s'effilocher jour après jour.

    Il est urgent de déchirer les chiffons de papier pondus par une Union européenne qui s'acharne contre le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes et s'intéresser en premier lieu aux collabos sans lesquels la situation actuelle aurait été impossible.