Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La Collaboration idéologique

  • Affaire Mamoudou Gassama : les collabos s'en prennent à André Bercoff qui ose douter

    Mercredi matin, sur CNEWS, dans son émission «L’heure des pros», Pascal Praud avait notamment évoqué avec ses invités le « super-héros » Mamoudou Gassama. Autour de la table, le journaliste André Bercoff avait soulevé quelques questions troublantes, ce qui lui valut immédiatement d’être taxé de complotiste. La police de la pensée s’en est déjà mêlée et le CSA a ouvert une instruction !

    Toujours sur CNews, André Bercoff est ensuite revenu s’expliquer, cette fois dans l’émission de Morandini qui a bien entendu encore accusé André Bercoff d’être complotiste.

    Car, dans notre monde orwellien, le simple fait de se poser des questions, au lieu d’avaler sans réfléchir la version officielle, est déjà preuve de complotisme.

    Voir la video

  • Le pape François, chef de file de la Collaboration

    pape-francois.jpg"Malgré l'installation d'un terrorisme islamiste sanglant dont la fréquence des attentats est de plus en plus rapprochée, malgré l'implication avérée de migrants dans plusieurs de ces massacres, malgré la submersion qui menace notre civilisation et notre religion, le pape François vient de plaider à nouveau pour un accueil large des migrants, soulignant que leur "sécurité personnelle" passe "avant la sécurité nationale".

    Relevé dans le quotidien Présent du 23 août 2017

  • A Calais, les agents de l'Ofpra incitent les migrants à demander l'asile en France

    Francetvinfo.fr

  • L'Union européenne organise la destruction des nations par submersion migratoire

    Mercredi dernier, au Parlement européen, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, soutenu par le Parti Socialiste et l'UMP, s'est livré à une véritable apologie de l'immigration massive. Le lendemain, les députés de gauche comme de droite ont approuvé un plan de répartition obligatoire des clandestins dans les différents pays membres de l'Union Européenne, lesquels se verront infliger une lourde amende s'ils refusent de s'y plier. Si l'on nous annonce que la France n'en accueillera "que" 24 000, il s'agit là d'une énorme imposture puisque l'Allemagne va offrir à elle seule l'hospitalité à 800 000 immigrés illégaux, et que l'espace Schengen, comme chacun le sait, permet à quiconque de se déplacer librement et de franchir les frontières intérieures qui n'ont plus d'existence que dans les mémoires.

    Cette décision est une catastrophe pour les peuples européens, comme pour les étrangers projetant de traverser les mers pour débarquer sur les îles grecques ou en Sicile. En créant un appel d'air supplémentaire, François Hollande, Angela Merkel, Jean-Claude Juncker, et la cohorte des irresponsables incitent en effet des populations entières à prendre des risques inconsidérés - au seul bénéfice des mafias, des milices, et des passeurs - pour venir s'installer sur notre continent et profiter, bien sûr, des avantages de notre système. Une politique d'autant plus criminelle et inhumaine que la France est à présent sommée de fournir logement, soins et nourriture à des clandestins, alors qu'elle ne parvient pas même à venir en aide à ses citoyens les plus précaires. Plus terrible encore, le risque que des djihadistes se fondent parmi ces masses de clandestins est élevé et largement sous-estimé par les autorités politiques, aussi bien nationales qu'européennes.

    Il faut d'urgence mettre fin à Schengen, retirer de notre droit la possibilité de régulariser les clandestins, abolir le droit du sol et fermer le robinet des aides sociales et médicales alors que les Français voient leur système d'assurance-maladie se désengager et s'effilocher jour après jour.

    Il est urgent de déchirer les chiffons de papier pondus par une Union européenne qui s'acharne contre le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes et s'intéresser en premier lieu aux collabos sans lesquels la situation actuelle aurait été impossible.

  • un beau spécimen : Emmanuel Macron

    «L'arrivée de réfugiés est une opportunité économique»

    Emmanuel Macron (ex-banquier chez Rothschild, membre des « Young Leaders » de la French-American Foundation (comme François Hollande) et ministre de l’Économie du gouvernement Manuel Valls)

  • Jean-Loup Amselle : « il est nécessaire que l’Etat français favorise la construction de mosquées »

    Extraits de la tribune de Jean-Loup Amselle (Anthropologue, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales/EHESS) qui revient sur l’émission« On n’est pas couché », sur France 2, qui a donné lieu à une altercation entre le journaliste Aymeric Caron et l’essayiste Caroline Fourest. Il estime que toutes les formes de racisme (antisémitisme, islamophobie, anti-arabe et anti-noir) doivent être traitées à égalit

    Il faut être conscient que l’extrême-droitisation de la société française n’est pas imputable à la seule responsabilité et au seul échec de la gauche au pouvoir. La racialisation du débat politique est tout aussi imputable à l’extrême gauche identitaire, nationaliste et « décoloniale » , qui tient un discours exactement symétrique à celui de la droite et de l’extrême droite identitaires.

    Au-delà de cet épisode, ce sont deux positions caricaturales qui se sont exprimées et traduisent bien l’état de confusion intellectuelle et politique dans laquelle baigne notre époque, particulièrement depuis le 11 janvier. [...]

    Sans verser dans l’« islamo-gauchisme », c’est-à-dire sans considérer que l’idéologie religieuse, qu’elle soit musulmane ou chrétienne pentecôtiste, par exemple, s’est substituée à la lutte de classes, ou sans estimer qu’il faille prendre en compte les différentes « communautés » religieuses pour faire avancer la combat contre les discriminations, il reste que toutes les religions présentes sur le sol français ont droit à un traitement égalitaire.

    Face aux religions installées de longue date en France, comme le catholicisme et le judaïsme, religions qui bénéficient de lieux de culte publics et d’un financement destiné à l’enseignement confessionnel, il convient que les religions apparues plus tardivement sur la scène nationale bénéficient des mêmes droits, et il est donc nécessaire que l’Etat français favorise la construction de mosquées tout comme il doit financer l’enseignement musulman. Faute de quoi, le principe du « deux poids, deux mesures » continuera de nourrir le ressentiment de ceux qui estiment pâtir d’un traitement défavorable de la part de la France.

    FDesouche